A la veille du traitement par le Grand Conseil d’un dossier sensible pour le personnel de l’Etat de Fribourg, dossier de la Caisse de Prévoyance, les tensions entre la FEDE et le SSP viennent semer le trouble en jetant de la confusion sur les buts de ces deux syndicats. Le Parti socialiste fribourgeois regrette vivement cet état de fait.

Alors que les député-e-s vont se pencher sur l’avenir de la CPPEF, le licenciement de Bernard Fragnière, président de la FEDE, licencié de son activité au sein du SSP, tombe au plus mauvais moment. Les tensions entre le SSP et la FEDE, montrent une désunion de ces deux syndicats, alors qu’ils devraient faire front commun pour défendre leurs membres. Le PSF ne se prononce pas sur le fond, mais relève que la forme du licenciement est regrettable car elle souligne un climat devenu lourd où le dialogue semble avoir disparu. Une attitude qui dessert la cause des employé-e-s au lieu de la servir !

Le PSF ne peut que regretter les divergences de vue des deux entités qui ne font qu’affaiblir la position syndicale. Il appelle de ses vœux un apaisement en demandant aux parties de cesser ce déchirement fratricide et de trouver rapidement un compromis afin de renforcer la position des employé-e-s que ces deux syndicats défendent. 

11. Feb 2020